La Confirmation

Répondre à l'invitation de Dieu à recevoir l'Esprit Saint pour témoigner de l'Evangile au milieu du monde.

Ce sacrement se célèbre à tout âge à partir de la classe de troisième. Pour les jeunes il se prépare avec l'aumônerie des collèges ou le groupe des jeunes du lycée.

Pour les adultes il se prépare en lien avec le Catéchuménat.

Qu’est-ce que la confirmation ?

Comme le baptême, la confirmation imprime dans le chrétien une marque indélébile (c’est ce que l’on appelle le « caractère »). Ce sacrement ne peut donc être reçu qu’une seule fois. Dans l’Eglise catholique, on le reçoit après l’âge de raison. C’est l’évêque qui, de manière ordinaire, célèbre ce sacrement : il manifeste ainsi le lien avec le don de l’Esprit aux apôtres au jour de la Pentecôte et la place des confirmés dans la communion de toute l’Église. C’est lui qui réalise l’imposition des mains.

Qui peut recevoir le sacrement de confirmation ?

Il faut être baptisé pour recevoir le sacrement de la confirmation, car tous les sacrements viennent déployer et soutenir la grâce initiale du baptême pour nous permettre d’être toujours davantage enfant de Dieu.

Recevoir un sacrement, c’est toujours désirer que Dieu nous rejoigne pour nous aider dans notre vie. Ce désir dit notre liberté. Et Dieu attend toujours patiemment la naissance de ce désir. Si la demande n’est pas mûre, si on ne se sent pas libre, on peut toujours différer la confirmation. On ne peut forcer personne doué de raison à recevoir le sacrement de la confirmation.

Suis-je prêt à recevoir le sacrement de la confirmation ?

« Je ne me sens pas prêt à recevoir le sacrement de la confirmation. » C’est une remarque que l’on entend souvent dans la bouche de certains jeunes et de moins jeunes.

On peut avoir le sentiment, parfois angoissant, de ne pas se sentir vraiment prêt à recevoir un sacrement comme celui de la confirmation. L’engagement peut faire peur. Il faut alors se dire que l’on ne sera jamais réellement prêt, lorsque l’on considère nos capacités au regard du don que Dieu veut nous faire. Attendre encore et toujours est une manière d’être centré sur soi et non vers Dieu, de ne pas faire complètement confiance à Dieu.

Dieu n’attend pas que nous soyons prêts pour agir dans les sacrements. Si nous les vivons dans la liberté, Dieu s’engage gratuitement, sans attendre notre réponse. L’accueil de ce don ne se fait pas tout seul. Nous devons accueillir librement la grâce reçue et y répondre de notre mieux.